Philippe Pouletty, infatigable chercheur-entrepreneur - FlexMedia

Philippe Pouletty, infatigable chercheur-entrepreneur - FlexMedia

Constituée en 2014, l'enseigne Diaccurate s’attelle à développer un nouveau type de produits pour traiter la population atteinte du SIDA. Cette compagnie se spécialisant en biotechnologie se révèle née d'un partenariat entre l’Institut Pasteur et la société d’investissement tenue par Philippe Pouletty (www.flexmedia.fr/entrepreneurs-inspirants/philippe-pouletty-infatigable-chercheur-entrepreneur/). Parfois, Truffle Capital unit plusieurs établissements de son portefeuille en vue d’accélérer le développement de ses nombreux projets. Abivax a entre autres absorbé Wittycell ainsi que Splicos en vue d'améliorer la conception de vaccins et d’immunoadjuvants. Philippe Pouletty a entre autres marqué les esprits à travers les accomplissements de la société Carmat dans le rayon des cœurs artificiels. En raison des capacités d’entrepreneur du chercheur, l'établissement est entrée en bourse depuis 2010. Le portefeuille de Truffle Capital comprend entre autres la startup Symetis fondée en 2004. La startup élabore et distribue des valves aortiques transcatheter. Son entrée en bourse s'avère prévue pour 2017.

Se focalisant sur la biotechnologie, Truffle Capital développe surtout des spins off de centres de recherche universitaires de réputation mondiale. Le médecin et son staff créent la majorité des spins off accompagnés par l'investisseur. Dans l’univers de la recherche, Philippe Pouletty s'avère essentiellement reconnu pour être le cofondateur et l'administrateur de Truffle Capital SAS. Cette compagnie de gestion de fonds de capital-risque a été formée courant 2001. Soutenu par sa grande maîtrise du secteur, Philippe Pouletty s'occupe de la structuration ainsi que du suivi des différentes recherches des PME de Truffle corrélées aux sciences de la vie. L'ancien interne a fondé la société Truffle Capital en s'associant à des professionnels spécialistes de cette branche, Henri Moulard et Bernard-Louis Roques. L'établissement gère des actifs avoisinant les 750 millions d’euros.

Les formations universitaires suivies par l'investisseur avant de se lancer dans le secteur de la recherche

En dehors de son internat, l'étudiant enrichit sa formation dans le domaine de l'immunologie et de la virologie à l’Institut Pasteur de Paris. Il sort major du grand cours d’immunologie générale en 1984. Une fois son baccalauréat série C obtenu, Philippe Pouletty débute des études de médecine à l’UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie). Le futur entrepreneur sort diplômé en 1981. Le chercheur a pu réellement rehausser son expertise en immunologie à l’hôpital Saint-Louis. Il a par ailleurs bénéficié d'une bourse de recherche de l’INSERM dédiée à ce domaine pendant son internat. Entre 1986 et 1988, Philippe Pouletty se pose comme un acteur de premier plan du laboratoire de biologie moléculaire de l’université de Stanford. L'ancien interne se démarque en peu de temps grâce à son expertise en la matière.

Le Dr Philippe Pouletty se trouve être diplômé en immunologie et jouit d’une notoriété notable à Stanford. Outre ses initiatives au sein de cet établissement, le médecin a breveté une trentaine de réalisations personnelles au niveau mondial. Dans le but de simplifier le financement de la recherche et de soutenir les avancées technologiques, le futur gérant de Truffle Capital a suggéré dès 1999 une foule de changements comprenant la transformation de la fiscalité ainsi que l’instauration du statut de JEI (jeune entreprise innovante). Depuis ses débuts dans le monde des affaires, Philippe Pouletty a mis en place de nombreux établissements de biotechnologie élaborant des matériels médicaux ainsi que des médicaments novateurs en Europe et aux USA. Tout au long des années, Truffle Capital a accompagné environ 60 laboratoires innovants dans l'univers de la recherche scientifique. L'investisseur a notamment donné la possibilité de fournir plus d’un millier d’emplois.

Le portefeuille Truffle Capital contribue aux études sur les cancers du sein et de la thyroïde depuis 2005 à travers l'entreprise Théraclion. Le laboratoire élabore et commercialise de nouvelles thérapies par ultrason. L'enseigne Neovacs se retrouve cotée en bourse courant 2010 grâce à son fort potentiel d'évolution. Cet établissement a été institué par Truffle Capital courant 2003 pour chercher des soins contre les maladies auto-immunes. De 2009 à 2010, Philippe Pouletty se retrouve dirigeant par intérim de Theradiag. Soutenu par Truffle Capital dès 2003, l'établissement spécialisé en diagnostic se révèle entré en bourse courant 2012.

Premières actions de l'ancien interne dans le monde de l'entrepreneuriat

Protagoniste notable en termes de transplantation d’organes, SangSat a développé et commercialisé un produit particulièrement efficient contre les rejets, la Thyloglobuline. Cette substance atypique se trouve être cédée à Genzyme dans les années 1990. Courant 1995, Philippe Pouletty a contribué à l'institution de DrugAbuse Sciences Inc. pendant son passage productif à la Silicon Valley. La compagnie s'applique à élaborer de nouvelles formules pour pouvoir combattre la toxicomanie et l’alcoolisme. En vue de se pencher sur l’effet combiné de médicaments sur les hématies et l’albumine, le businessman finance la compagnie de biotechnologie RedCell Inc. (devenue Conjuchem Inc.) en parallèle avec l’introduction en bourse de SangSat. Philippe Pouletty a notamment créé Clonatec à ses débuts dans le monde de la recherche. L'entreprise se focalise sur la biotechnologie et incarne l'avant-garde de cette discipline dans l'Hexagone.