5 FAITS SUR L’ÉDUCATION AU MAROC

1. Depuis l’indépendance du Maroc en 1956, son système éducatif a généralement été décrit comme frustrant et décevant . Ces dernières années, le Maroc a réalisé de nombreuses améliorations et s’est engagé à consolider la qualité de son système éducatif. Voici cinq faits sur l’éducation au Maroc.

2. L’année académique commence en septembre et se termine en juin. Le système scolaire est structuré en trois parties distinctes . Le primaire accueille les élèves à partir de 6 ans et les éduque jusqu’à l’âge de 12 ans. Le secondaire et le supérieur durent encore trois ans chacun. Le Maroc offre également des options éducatives au-delà de l’enseignement public avec des établissements d’enseignement supérieur.

3. L’apprentissage et les connaissances sont généralement mesurés par l’alphabétisation, la capacité de lire et d’écrire. La lecture et l’écriture sont essentielles pour atteindre des niveaux d’éducation plus élevés et obtenir de bons résultats aux tests de performance nationaux. La jeunesse marocaine a fait d’énormes progrès dans l’augmentation de son taux d’alphabétisation. La Banque mondiale rapporte que 95 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans savent lire et écrire efficacement. Il s’agit d’une augmentation par rapport à 81,5% en 2011.

4. Au Maroc, les hommes dominent actuellement le taux brut de scolarisation dans les systèmes d’enseignement primaire, secondaire et supérieur. Le graphique de l’UNESCO pour l’enseignement secondaire montre que le taux d’inscription des hommes a dépassé celui des filles de 10,8 % en 2012. Cependant, les tableaux pour 2015 montrent une diminution de l’écart dans le taux d’admission pour l’enseignement primaire et supérieur.

5. Les dépenses publiques d’éducation ont considérablement augmenté au Maroc. Selon l’OCP Policy Center, les dépenses publiques consacrées à l’éducation en 2014 représentaient environ 5,9% du PIB et 21,3% des dépenses publiques totales. Depuis 2002, les paiements ont augmenté de plus de 5 % par an presque chaque année. Une analyse du Fonds monétaire international confirme qu’une utilisation plus organisée de cet argent pourrait entraîner une augmentation de 53 points des résultats des tests standardisés.

6. Le Maroc souffre d’une éducation de faible qualité comme en témoignent les indicateurs de performance. Dans une mise à jour de 2014 réalisée par l’Institut de statistique de l’UNESCO, le Maroc se classe dans le trentième centile pour l’apprentissage par rapport à d’autres pays. Les résultats les plus récents des évaluations PIRLS et TIMSS pour 2011 montrent à quel point les performances du Maroc sont médiocres. Les résultats des tests révèlent que le Maroc se classe avant-dernier en mathématiques et dernier en lecture par rapport aux 36 pays participants.

7. La bonne nouvelle est que les experts et les décideurs ont pleinement reconnu les obstacles restants à l’éducation au Maroc. Une voie à suivre a également été identifiée à travers leur Vision 2015-2030 pour l’éducation au Maroc. Le plan remédiera aux échecs antérieurs en ciblant quatre domaines spécifiques, dont la priorité à une éducation de qualité. Le pays s’est déjà associé à l’USAID pour faire de certains de ces objectifs une réalité. Jusqu’à présent, 12 000 élèves ont été touchés par une nouvelle méthode de lecture et plus de 340 enseignants ont été formés aux nouvelles méthodes de lecture.

Arsene

J’ai de nombreux contacts au Maroc, et ce, dans tous les domaines porteurs.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *